Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de PAPYCOUSTEAU
  • : Photos, Voyages, Plongée-sous-marine, récits, histoires, citations, pensées, maximes, proverbes du monde entier. Le tout illustré par des photos de France et d'ailleurs...
  • Contact

Recherche

25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 11:24
Quand Saint Marc n'est pas beau,
 
pas de fruits à couteau.
 
                                                                Proverbe de la région de MONTARGIS.
 
 

Mais rien ne précise le devenir des fruits

à noyau telles cerises et guignes. 

Une poignée de guignes 

des plus appétissantes.

6519-CERISES.jpg

 
Proverbes qui s'avèrent très souvent exacts dans notre région,
du moins actuellement, pour ces délicieux fruits rouges.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 23:11

" LE TEMPS "
 

Mais au juste, qu’attend le temps ?

Il n’attend rien...  le temps !

Il faut se rendre à l’évidence :

Le temps n’est pas une présence,

et pourtant on parle du temps présent ...

Mais le temps se contente de passer

aujourd’hui comme avant,

sans jamais s’arrêter.
 

 

Lorsque l’on est enfant,

on se dit que plus tard, quand on sera grand

on aura tout le temps que l’on voudra.

En réalité, c’est ce que disent les parents,

et c’est tout heureux qu’on attend ce temps là.

Mais au fil du temps

on s’aperçoit vite que ce temps là

n’arrive jamais à temps.

 

Eh oui, la vie, c’est le temps :

C’est le temps qui court, 

c’est le passé, c’est le présent

c’est la vie qui passe.

c’est la vie qui lasse

C’est vrai, on n’a jamais le temps.

Pourtant, il y a un temps pour tout.

Oui, le temps est un fourre-tout ! 

Mais c’est surtout le temps de rien

qui prime tout au long de notre chemin.

 

Et maintenant, tout ce temps perdu,

que je laisse derrière moi qu’en dis-tu ?

 que puis-je en faire, de tout ce temps ?

Je m’aperçois qu’aujourd’hui,

à vrai dire je n’ai qu’une seule envie :

celle de prendre mon temps

pour laisser passer le temps.

 

Maintenant, à mon âge, j’ai le temps. C’est vrai,

ralentissant chaque jour plus que jamais

je me dis : prends donc le temps de prendre ton temps,

c’est le secret pour vivre longtemps !

De temps en temps, hélas sans m’émouvoir,

je me surprends encore à ne pas y croire.

                                                                                            

                                                                                              Michel SELESNIEW

                                                                                                   alias PAPYCOUSTEAU. 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 00:00

    Je vous l'avais bien dit !

 

 

          Je n'ai le temps de rien, pas même de m'expliquer.

          La preuve ?

        Lorsque j'ai repris contact avec mon blog il y a trois jours je n'ai pas même eu le temps de vous indiquer qu'entre mes deux séjours en Guadeloupe, l'an passé, après avoir "entaillé" ma haie, j'ai fait un saut au Japon. Trois semaines dans un pays dont il faut que je vous parle un de ces jours, si j'en ai le temps, bien sûr, car j'en suis encore à travailler sur le millier de photos que j'ai rapportées de ce pays du soleil levant.

        Et à propos de temps, cette grandeur immatérielle sans mesure, il serait temps que je pense sérieusement à prendre un peu de temps... afin d'étudier de près ce milieu indéfini où paraissent se dérouler irréversiblement les existences, la mienne, les vôtres, avec leurs changements d'orientation, comme les évènements et les phénomènes de la vie au cours de leurs successions.

        C'est vrai, quoi !

       De tous temps toujours l'homme a mis ce terme, " le Temps " en position d'accusé, mais va savoir ?  Qu'est-il donc, au juste, ce temps dont parle tant ?

        Oui, attends ... qui veut ou peut répondre ?

Partager cet article

Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 18:38
Je suis
 
impardonnable.
 
 
        Je suis véritablement impardonnable d'avoir fait preuve d'une aussi longue absence sur ce blog alors que je venais tout juste de le créer.

         Il est inutile que je me cherche une excuse, je n'en ai aucune.

       Tout au plus puis-je expliquer que dans les huit jours qui ont suivi ma dernière présence sur over-blog, je suis parti pour deux mois à Cavalaire en tant que moniteur de Plongée sous Marine sur le " Picantin ". Je fais partie du staff d'encadrement depuis plusieurs années avec mon ami Claude GAVORY dit  " Mac Gavor ".
        A peine rentré de Méditerranée, je dois reprendre mon sac encore tout mouillé : C'est l'automne, destination la Mer Rouge pour un 49 ème séjour en Egypte. Croisière et plongées dans le Grand Sud puis à Hurghada.  A peine sec, c'est le départ vers l'Ukraine pour une croisière sur la Mer Noire et le Dniepr avec mon épouse. De retour la maison se profile l'occasion de faire une expédition d'un mois en toute liberté au Gabon... l'Afrique équatoriale telle que je l'imaginais lorsque, gamin avide d'aventures, je rêvais le nez dans les bouquins de géographie et les romans de Louis BOUSSENARD(1).
         C'est parti !
        Noël, Jour de l'An fêtés chez moi et je me retrouve dès les premiers jours de janvier en Guadeloupe. Le Centre International de Plongée à Malendure m'héberge jusqu'à fin Avril. Le doux mois de Mai se passe à mon domicile en un éclair, je taille l'imposante haie de thuyas (une partie seulement) car en Juin, je suis à nouveau dans les Caraïbes avec mon épouse Wanda et mon petit fils Aleksandr. Pour quelles raisons ? D'abord retrouver ma fille émigrée à Saint-Barthélémy et la suivre à Saint-Martin ou elle tient un commerce. Le séjour se termine devinez où ? Dans la Réserve Cousteau, en Guadeloupe, au Centre International de Plongée (le CIP) bien sûr.
        Je n'ai pas le temps de rejoindre Cavalaire, les traditions se perdent... La surprenante tempête de Septembre qui sévit dans le Gâtinais me transforme en bûcheron afin de débiter les arbres abattus ou brisés et là, catastrophe, je me fais une élongation et une tendinite douloureuse au bras gauche (c'est ça la vieillesse ?).
         Ce qui ne m'empêche pas de m'envoler avec Wanda et un petit groupe d'amis pour le Tonkin. Malgré mon handicap, car je n'ai pas eu le loisir de me soigner avant le départ - ni d'écrire sur mon blog - j'ai certainement fait l'un de mes plus beaux voyages et cela m'a permis d'apprécier l'hospitalité proverbiale d'un pays qui s'ouvre au monde moderne. 
       Trois semaines passées exclusivement au Nord Viet-Nam à prendre son temps pour visiter Hanoï et se diriger ensuite vers les bourgades des Hautes Vallées de la Rivière Noire et ses chaleureux habitants les Thaïs et les H'Mongs. Saluer le courage et l'abnégation de nos soldats morts à Dien Bien Phu, un moment fort du périple. Continuation par les visites de Sapa, Babé, Cao Bang, Ban Gioc, Lang Son et autre sites pittoresques. Pour conclure, deux jours de repos relatif en naviguant "cool" dans la Baie d' Ha Long avant de rejoindre Hanoï...
         Et depuis ? Hé bien  je suis à la maison et je me soigne... un peu tard, mais j'ai le moral.
         En ce début 2009, pas de séjour printanier en  Guadeloupe, pourtant comme depuis des années, on m'y attendait, toutefois il faut bien se rendre à l'évidence, je n'aurais été qu'un vrai " bras mort " et ce n'est pas, mais alors pas du tout, ma spécialité.
       Alors, pour l'heure, je me suis mis à l'ordinateur car durant cette période d'intenses activités diverses j'ai cumulé un nombre incroyable de photos numériques dont je dois assurer le traitement et le classement.
        Néanmoins, ça y est, ma résolution est prise, je vais faire tout mon possible afin d'être beaucoup plus présent sur mon site.
Donc à bientôt ... Parole de Plongeur !


(1) Louis-Henri BOUSSENARD est un auteur français de romans d'aventures. Il est né à Escrennes (Loiret) le 4 octobre 1847 et mort à Orléans le 11 septembre 1910.   Aujourd'hui, à peu près oublié en France, BOUSSENARD connaît un grand succès en Russie où presque tous ses romans (quarante volumes) ont été publiés et sont disponibles en librairies.                  

 

                 " Capitaine Casse-Cou "                             " Capitaine Casse-Cou "

                     Édition Russie 2004                                               Édition France 1934

    Livre-russe-L.-Boussenard-copie-1.jpg                        L.Boussenard-Roman.jpg

Partager cet article

Repost0
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 23:36
Paresse : habitude prise
 
de se reposer avant la fatigue.
                                                                               Jules RENARD
                                                                                                      
(Journal).
 
Je suis fatigué.
 
        Croyez-moi, pendant des années, j’ai mis cette fatigue sur le compte du manque de vitamines, de la pollution, du cholestérol, de la gastrique chronique... enfin, de toutes ces choses qui vous font demander si vraiment la vie vaut la peine d’être vécue.

        Hé bien non, j’ai enfin fini par réaliser qu’il n’en était absolument rien : je suis fatigué parce que je travaille trop !
         C'est l'exacte vérité et je vous le prouve :
      La population de ce pays est de 60 millions d’habitants sur lesquels 24 millions sont des retraités, ce qui laisse le nombre appréciable de 36 millions de citoyens pour faire ce qui s'appelle le travail.
       Mais, si l’on retire encore 21 millions d’étudiants, d’écoliers et de bébés plus 2 millions de chômeurs, plus 7 millions de fonctionnaires ou assimilés, il ne reste guère que 6 millions de “clampins” pour bosser.
    En soustrayant alors les 2 millions de militaires, les 3 millions d’immigrés, les 620.000 personnes hospitalisées et les 379.998 taulards, il ne reste plus, c'est clair, que deux “pauvres cons” pour faire le boulot : toi et moi.
       Et toi, tu glandes, tu es là, assis sur ton cul, à lire ces conneries.
      Alors, ce n’est pas étonnant que je sois vraiment surmené.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 10:24
" Il faut donner le temps
 
au Temps ! "
 
 
        C'est ce que disait en son temps le célèbre soldat-poète espagnol Miguel de CERVANTÈS (1547-1616) dans son légendaire roman "L'ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche".
         Hé bien pour moi, il est grand temps de faire un gros effort car le site de mon blog a été créé depuis déjà un bon moment sans que j'y inscrive un seul article (c'est lamentable). J'ai tellement besoin mon de temps pour ne rien faire qu'il ne m'en reste plus assez pour me faire plaisir...
          Donc, en guise d'introduction, je me présente, c'est bien la moindre des politesse :
          Je m’appelle Michel de mon prénom et j'épelle, spécialement pour vous, mon nom patronymique : S.E.L.E.S.N.I.E.W  sur lequel je me dois d'attirer votre attention à seule fin ne pas le prononcer à l'anglaise : la dernière lettre est bien un " W " mais attention, cette consonne finale se prononce " ff ", voyez-vous, comme dans le mot " philosophe " ! 
             Donc, ce n'est absolument pas compliqué :
Michel SELESNIEFF ... SE-LES-NI-EFF.
             Facile n'est-ce pas ?
          Franco-Russe d'origine, une spécialité bien française, je suis né dans le Loiret, à Montargis, en 1931. J’ai passé toute ma jeunesse à Vésines, un quartier ouvrier de Chalette-sur-Loing, importante cité caoutchoutière (berceau européen des Usines Hutchinson) qui comptait déjà, avant la seconde guerre mondiale, une laborieuse colonie étrangère forte d’une vingtaine de nationalités différentes.
        Cela m'a certainement préparé depuis l'enfance à devenir officiellement, à l’âge de la retraite, moniteur de plongée sous-marine dans un Centre International (et ailleurs).
         Question d’adaptation !
       C’est vrai qu’après avoir été près de 15 ans cheminot à la SNCF, 45 ans agent immobilier, dont 40 ici à Montargis, cela me semblait une suite logique... puisque j'avais participé activement durant dix saisons à la bonne marche d'un magasin d'articles de sports d’hiver et de location de skis dans les Alpes du Sud, été 14 ans capitaine à bord d'un chalutier de 50 pieds en Méditerranée (L'Idéal) et 13 ans comme second sur une vedette rapide (Le Picantin), vécu plus de 5 ans aux Caraïbes et 4 ans en Egypte (soit 49 séjours en Mer Rouge) - mais aussi 10 ans PDG d'une S.A bien connue en France dans l'industrie de l'affinage de l'aluminium. Par ailleurs, entre temps et par périodes de plus ou moins longues durées : après avoir été sergent dans l'armée (5ème Génie), soudeur à l'arc,  reporter photos,  voyageur sans bagage, maître queux, barman, entraîneur de boxe, bonimenteur de foire, conférencier, prestidigitateur, corailleur (dilettante), chauffeur routier poids lourd, syndicaliste, publiciste, guide touristique ...
            Et maintenant, du moins je l'espère, "blogueur"... Peut être !
           Mais, stop ! Je ne vais pas, ici, vous raconter toute ma vie, ça me vieillirait beaucoup trop rapidement.
         Et puis vous auriez bien vite compris que, quoique paraissant "très jeune", j’ai en réalité un minimum 140 ans de présence sur notre bonne vieille terre (enfin presque, car, à vrai dire, j'ai plus de dix mille heures passées sous la mer) .

         Ouf !!! Je suis fatigué .
         A la prochaine... peut-être ! Lorsque j'aurais le temps !

 

PS - J'oubliais de vous dire que, depuis quelques années,

j'ai hérité du surnom de

PAPYCOUSTEAU.

0006-MICHEL-1996.jpg

 

 

Miguel de Cervantes Saavedra (1547-1616)

Miguel-CERVANTES.jpg

 

Né avec le Siècle d'or, Cervantès eut une longue vie errante.

 Soldat, il participa à la bataille de Lépante (1571).

Il y perdit un bras. Il fut fait prisonnier et passa cinq ans au bagne d'Alger.

Poète, dramaturge et romancier il a ouvert les voies de l'absurde

et reste un modèle de littérature burlesque.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

  • 1284 . Le Rhum, un breuvage universel.
    Une gorgée de rhum, c'est pas grand chose, mais avalée au bon moment, ça peut vous sauver un bonhomme. Georges DUHAMEL (Chronique des Pasquier). Le Rhum du Père LABAT distillé à Marie-Galante Étiquette Rhum Père Labat cuvée 2004 Rhum Bielle de Marie Galante...
  • 1283 . Saint-Barthélémy, boire un petit coup au Select.
    On est savant quand on boit bien. Qui ne sait boire ne sait rien. Nicolas BOILEAU (Chanson à boire). Heure creuse au " Select " donc bien le temps de réfléchir au choix de sa commande ! Que diriez-vous de déguster un " K'a-mis-case " entre amis ... non...
  • 1282 . Saint-Barthélémy, trois coins bien connus.
    Il existe certains coins comme ça dans les villes ... Louis-Ferdinand CÉLINE (Voyage au bout de la nuit). Chez Jojo, à la sortie du cimetière de Lorient, où l'on peut boire un coup bien tranquillement, voir se restaurer. Le Bar de l'Oubli à Gustavia au...
  • 1281 . Saint-Barthélémy, le cimetière devenu célèbre..
    Être l'homme le plus riche du cimetière ne m'intéresse pas. Steve JOBS (À propos de la richesse). Sur une toute petite Île des Caraïbes, Saint-Barthélémy, Un coin du cimetière de l'église de Lorient. Lorient, cimetière fleuri. La tombe de Johnny Halliday...
  • 1280. Saint-Barthélémy, les cinq Cimetières.
    On accompagne ses amis jusqu'au cimetière, mais on ne s'enterre pas avec eux. Clara ROJAS (Captive). Le Cimetière marin de Public. Le cimetière suédois de Public. Le cimetière de Saint-Jean près de l'Aéroport. Le cimetière en bord de mer de Lorient. Le...
  • 1279 . Saint-Barthélémy, Îlets et Îlots.
    ... les eaux étaient semées d'îles, d'îlets et îlots qui constituaient l'Archipel ... Jules VERNE (Le Pays des fourrures). À l'entrée de la Baie de Gustavia Les Trois As de Saint-Barthélémy. Ces trois îlots sont aussi connus comme étant les Trois Saints....
  • 1278 .Saint-Barthélémy Sud-Est et Nord-Ouest.
    Est, Ouest, Sud ou Nord, il n'y a pas de différence. Si vous voyagez intérieurement, vous parcourez le monde entier et au-delà. Elif SHAFAK (Soufi mon amour). Grand Cul de Sac se trouve au Sud-Ouest de Saint Barthélémy. L'Anse de Grand Cul de Sac sur...
  • 1277 . Saint Barthélémy et ses belles plages.
    La sieste sur la plage, les yeux vers le ciel, cette grande solitude. Nina BOURAOUI (La Vie heureuse). Lorient l'un des quartiers les plus connus de Saint-Barth avec sa plage et le cimetière ou repose Johnny Hallyday. La Plage de sable fin de Lorient...
  • 1276 . Saint-Barthélémy, quartiers du Rocher.
    Je fais des voyages passionnants dans mon quartier ... Alice PARIZEAU (Les Militants). Chacun des quarante quartiers de Saint-Barthélémy porte un nom relatif à sa position ou qualification dans l'île. Anse des Cayes pour une partie basse, une plage composée...
  • 1275 . Camions de pompiers.
    Le " pimpon " est l'effet Dopler du pimpant camion des pompiers. François ROLLIN (L'Œil du Larynx). Un Camion des Soldats du Feu d'Ukraine devant sa caserne de Kiew. Camion de Pompiers du District de New-York avec compresseur pour l'eau des lances à incendie....